SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Louis Vuitton Cup

Finale • J2 : Deuxième victoire ’facile’ pour les Suisses

lundi 13 janvier 2003Information Louis Vuitton Cup

Les très nombreux supporters Américains d’Oracle BMW, Allemands de BMW, Néo-Zélandais de Chris Dickson ou même Suisses de Tag Heuer doivent être déçus et frustrés après cette deuxième défaite consécutive de leur bateau. D’autant plus déçus qu’une fois encore, c’est plutôt l’équipage que le bateau qui a été dominé par les suisses.

Oracle battu de 40 secondes par Alinghi
Photo : F.Socha / www.francksocha.com

Les conditions étaient comparables à celles du premier jour : vent de secteur Est de 13 à 16 noeuds et mer formée.

La Finale de la Louis Vuitton Cup 99-2000 avait donné lieu à d’incessants corps à corps entre Luna Rossa et America One. Celle-ci a montré pour l’instant deux victoires faciles d’Alinghi.

Les performances respectives des deux bateaux, très voisines, laissent pourtant espérer un combat plus serré pour les prochains jours.

Jour de repos demain mardi.

Tangon cassé pour les Américains et spi chaluté pour les Suisses
Photo : F.Socha / www.francksocha.com

• ALINGHI (SUI-64) BAT ORACLE BMW (USA-76) - DELTA 00 :40

Après un départ plutôt gagné par Peter Holmberg, au vent de Russell Coutts, au bateau comité, l’équipage suisse parvient à forcer Oracle BMW à virer de bord après quelques centaines de mètres. Lorsque les bateaux convergent une nouvelle fois, Alinghi vire juste devant Oracle BMW qui s’approche tribord prioritaire.

Un duel de virements de bords permet à Alinghi de creuser un peu l’écart sans doute grâce a sa plus grande inertie et à la maîtrise de son équipage. Alinghi semble en permanence plus rapide en sortie de virements de bords et parvient à virer la première bouée avec quelques longueurs d’avance.

Chris Dickson garde la barre au vent arrière et parvient à grappiller quelques secondes. Malheureusement, l’approche de la bouée et la manœuvre de spi, retardée au maximum, tourne à la catastrophe ! La drisse de spi est lâchée trop rapidement, le spi tombe à l’eau devant l’étrave, passe sous le bateau, s’accroche à la quille ; le tangon casse contre les haubans.

Longtemps après avoir viré la bouée, le bateau californien traîne encore des morceaux de spi...

Malgré cet incident coûteux, Oracle BMW reste menaçant et parvient même à reprendre 21 secondes dans le deuxième vent arrière avec un spi symétrique alors que Alinghi navigue avec un spi asymétrique. Malheureusement pour Dickson, la régate est déjà jouée !

Apres deux jours de régate, on a l’impression que l’équipage suisse, même s’il a dû faire face dans le dernier vent arrière à un petit incident technique de tangon, est maître de son sujet.

Il est vrai que le fait d’avoir à l’arrière Russell Coutts, Brad Butterworth et le triple champion olympique, Jochen Schuemann doit inspirer confiance à l’équipage et lui permettre de manoeuvrer avec sérénité.


- Chris Dickson - Oracle : "Nous ne sommes certainement pas hors du coup dans cette compétition mais nous ne pouvons plus nous permettre d’autre erreur face aux Suisses. Les bateaux semblent assez proches. Alinghi est peut être un peu plus rapide au près et Oracle au portant. Nous devrons donc mieux naviguer mercredi."

- Russell Coutts - Alinghi : " La course s’est bien déroulée pour nous aujourd’hui, nous avons une bonne vitesse Vitesse #speedsailing . Sur un score de 2-0, il est toujours préférable d’être celui qui a le plus de point ! Nous allons profiter du " jour de repos " demain pour tester de nouveaux éléments sur le mât et la navigation dans les petits airs, c’est toujours nécessaire de chercher des suppléments de vitesse Vitesse #speedsailing , n’est ce pas ?"



A la une