SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Route du Rhum • point course

Les multicoques poursuivent leur course sur le fil du rasoir

Coville, Escoffier, Jourdain, Moloney et Guillemot en tête à 17 heures

mardi 12 novembre 2002Information Route du Rhum

La vie est toujours aussi rude et stressante pour les 41 concurrents qui taillent la route, vaille que vaille, vers la Guadeloupe. A bord de tous les bateaux, multicoques comme monocoques, le son de cloche est le même : vivement le soleil et les glissades sous les alizés. Tous savent que ce n’est pas encore pour demain, ni même après-demain, même si les conditions météos vont être de plus en plus différentes pour les bateaux, tous éparpillés actuellement dans le golfe de Gascogne.

Giovanni Soldini est rentré à Lorient d’où il ne repartira pas...
Photo : G.Martin-Raget/Promovoile

Jet d’éponge pour Giovanni Soldini (TIM) qui ne repartira pas de Lorient Lorient L’actualité du port de Lorient et de sa région. . Jet d’eau de mer pour Karine Fauconnier (Sergio Tacchini) qui ne veut pas baisser les bras, même si, elle l’avoue bien volontiers, la tentation de rentrer au port a été forte suite à ses soucis de pilote automatique et la rupture de son système hydraulique d’écoute de grand-voile. Et quand Loïck Peyron (Fujifilm) apprend en direct, lors de la vacation radio, le chavirage de Francis Joyon (Eure&Loir-Lorenove), l’un des grands favoris de cette septième édition ne peut pousser « qu’un c’est pas vrai, c’est pas vrai ». Rivé à la barre depuis le départ pour garder, vague après vague, son trimaran sur la bonne trajectoire puisqu’ « il ne faut pas faire confiance au pilote automatique », Loïck sait mieux que quiconque ce qui a pu arriver à Francis, vu qu’il naviguait dans les mêmes parages. Avec les grains violents rencontrés, là où le vent passe d’un coup de 25 à plus de 35 nœuds, les multicoques naviguent plus que jamais sur le fil du rasoir, à l’image de Marc Guillemot (Biscuits La Trinitaine-Ethypharm). Lui aussi signalait être passé bien près de la catastrophe. « J’ai réussi à choquer mon chariot de grand-voile depuis l’intérieur du bateau. L’écoute n’aurait pas correctement filé, j’y allais… ».

Toujours en tête, Thomas Coville (Sodebo) a la voix claire, tout comme Yvan Bourgnon (Rexona Men), Philippe Monnet (Sopra Group) ou encore Alain Gautier (Foncia). Eux aussi en bavent, même si ils restent plus secrets dans leurs états d’âme. Ce combat, ils l’ont voulu, ils l’assument, il s’appelle tout simplement la Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum . Une Route du Rhum Route du Rhum #RouteDuRhum qui est loin d’être finie, qui ne fait même que commencer et qui devrait normalement, dès la fin de cette nuit, changer de rythme pour les multicoques ORMA. Tous vont pouvoir donner un peu de mou dans les écoutes avec la bascule du vent au Nord-Ouest, bascule que certains vont chercher, comme Michel Desjoyeaux (Géant) ou Lalou Roucayrol (Banque Populaire), assez haut dans le nord. Ce ne sera pas la fin de la baston pour autant. Ce flux de Nord-Ouest s’annonce violent, 20 à 35 nœuds dans un premier temps, mais sera encore renforcé avec l’arrivée d’une nouvelle dépression dans la journée de jeudi. Cette longue glissade sur un bord sera toute aussi dangereuse et exigeante physiquement que ces dernières 72 heures. De toute façon, jusqu’aux Açores, que la flotte devrait parer au mieux dans la nuit de jeudi, le vent sera de la partie avec, à la clef, son possible lot de péripétie.

Chez les monocoques, l’escalade des montagnes d’eau de mer, est loin d’être finie. Le près est toujours au programme. Ce qui n’est pas pour déplaire à Roland Jourdain (Sill), particulièrement à l’aise à cette allure, et qui conserve toujours le leadership dans sa classe. Dans les autres classes, les positions restent affirmées, avec aucun changement significatif dans les classements. Ce qui ne veut pas dire, loin de là, que la régate est moins difficile ou moins intense.

Les échos du Rhum

Les multicoques ne devaient faire, la nuit dernière, qu’une bouchée de leurs homologues monocoques. Il n’en est rien ! Au classement de 16 heures, Sill, Ecover, Kingfisher sont toujours les trois plus proche d el’arrivée. Et le 4e n’est pas un multicoque de 60 pieds, mais bien un de 50, celui de Franck-Yves Escoffier (Crêpes Whaou). En revanche, le 5e au classement scratch est bel et bien le Sodebo de Thomas Coville. Ces cinq bateaux se tiennent actuellement en 44 milles.

Yannick Bestaven (République Dominicaine) était à 67 milles de Lorient Lorient L’actualité du port de Lorient et de sa région. lors de la vacation radio de 13 heures. Il faisait route sous trinquette seule et avait consolidé au mieux sa tête de quille qui donne des faiblesses et qui est la raison de son demi-tour. Il pense arriver cette nuit et grutera dès que possible son bateau hors de l’eau. Il pourra alors se prononcer sur son retour ou non dans la course.

Marc Guillemot (Biscuits La Trinitaine-Ethypharm), un temps leader de la course à l’issue de la première nuit, a connu nombres de péripétie lors de la seconde. Sa trinquette, puis son Solent se sont déroulés tout seul. Par 35 nœuds de vent et en pleine nuit, on ne peut guère connaître situation plus scabreuse, plus idéale pour se mettre « sur le toit ». Heureusement, Marc a réussi, en se mettant à chaque fois plein vent arrière, soit le cap inverse de la route souhaitée, à remettre tout en bon ordre. Malheureusement, outre le terrain perdu, les deux voiles se sont déchirées. Marc va faire escale aux Açores, sur l’île de Sao-Miguel pour changer ses deux voiles, actuellement inutilisables. A 13 heures, il était encore à 830 milles de l’Archipel.

La vie semblait belle à bord du Ville de Dinard, skippé par Bruno Reibel. Tout allait parfaitement bien pour le skipper qui ne regrettait qu’une chose : se retrouver seul dans sa classe I monocoque. Avec le forfait de Nicolas Peitrequin (Un Autre Regard), Bruno ne peut essayer que de jouer avec les monocoques IMOCA Imoca #IMOCA . Ces derniers font certes la même longueur que lui (60 pieds), mais ils sont également beaucoup plus récents, donc performants.

Régis Guillemot (Storagetek) est toujours solide leader de la Classe 3 monocoques. Mais Régis envisage, comme son cousin Marc, de s’arrêter aux Açores en raison d’une fuite d’eau qui a envahit son gas-oil. Il ne peut donc plus faire tourner son moteur, ce qui veut dire qu’il va se retrouver bientôt sans énergie, donc sans pilote automatique.

Nick Moloney (Ashfield Healthcare), le seul Australien de la course, est en tête de la Classe 2 sur son monocoque de 50 pieds. Lors de la vacation, Nick soulignait qu’il naviguait prudemment pour préserver au mieux son bateau dans la mer grosse. Nick regrettait bien évidemment le retour au port de son concurrent direct Yannick Bestaven (République Dominicaine), tout en disant que Yannick avait du cravacher fort pour le rattraper puis le doubler. Nick a dorénavant pour principal adversaire Hervé Vachée (Milles Visages). Egalement joint à la vacation, Hervé, à la barre d’un bateau neuf, signalait qu’il avait eu une fuite de gas-oil dès le départ. Fuite qu’il l’avait rendu bien malade et qu’il n’avait donc pas été au top depuis le départ.

Nicolas Raynaud


- Roland Jourdain (Sill), 1er monocoque IMOCA Imoca #IMOCA  : « Ce n’est pas encore l’extase ici mais le bateau va bien. Je barre peu et je règle beaucoup. J’aimerais avoir un peu plus d’écart avec Mike et Ellen pour être serein car rien n’est encore joué. C’est vraiment les boules pour Franck et Francis mais c’était prévisible ! Pour le moment les variations du vent m’oblige à beaucoup de manœuvres mais Sill aime bien le près et je m’en sors pas trop mal. »

- Thomas Coville (Sodebo), 1er multicoque ORMA : " C’est assez difficile de dire qui est en tête entre les nordistes et les sudistes mais c’est assez agréable d’être en tête. Pour le moment, je fais profil bas depuis le départ. Je navigue souvent sous-toilé car il est difficile de renvoyer avec tous ces grains. Le vent passe de 18-20 nœuds à 35-40 nœuds en un instant. Question technique, j’essaie d’alterner toutes les 6 heures entre mes 2 pilotes pour ne pas trop les fatiguer »

- Ellen Mac Arthur (Kingfisher), 3e monocoque IMOCA : "Je n’ai pas trop dormi depuis le départ et j’ai peu de chance de récupérer encore dans les prochaines heures. J’espère que le changement de vent va intervenir vite pour voir si mon option Nord était la bonne ou non. De toute façon, les 40 milles d’écart ne signifie pas grand chose. »

- Loïck Peyron (Fujifilm), 2e multicoque ORMA : "Je m’occupe enfin de mon petit intérieur. J’ai passé le plus clair de mon temps depuis le départ dehors à régler le bateau. Le terrain de jeu Jeu #jeu est très, très fort et c’est un peu l’enfer ici. Il faut avoir une confiance toute relative dans le pilote car il a tendance dans cette mer à décrocher. Faut faire gaffe. »


Classement

Multicoques 60 ORMA
- 1 ;Sodebo ;Thomas Coville 3053 milles de l’arrivée
- 2 ;Fujifilm ;Loick Peyron 3067
- 3 ;Rexona Men ;Yvan Bourgnon 3069 milles de l’arrivée
- 4 ;Foncia ;Alain Gautier 3079 milles de l’arrivée
- 5 ;Sopra Group ;Philippe Monnet 3107 milles de l’arrivée
- 6 ;Banque Populaire ;Lalou Roucayrol 3132 milles de l’arrivée
- 7 ;Biscuits La Trinitaine - Ethypharm ;Marc Guillemot 3135 milles de l’arrivée
- 8 ;Géant ;Michel Desjoyeaux 3145 milles de l’arrivée
- 9 ;Sergio Tacchini ;Karine Fauconnier 3150 milles de l’arrivée
- 10 ;TechnoMarine ;Steve Ravussin 3204 milles de l’arrivée
- 11 ;Belgacom ;Jean-Luc Nélias 3391 milles de l’arrivée
- 12 ;Bonduelle ;Jean Le Cam 3424 milles de l’arrivée
- 13 ;Bayer CropSciences ;Frederic Le Peutrec 3455 milles de l’arrivée
- 14 ;TIM ;Giovanni Soldini 3464 milles de l’arrivée
- 15 ;Gitana X ;Lionel Lemonchois 3476 milles de l’arrivée
- ABD ;Groupama ;Franck Cammas ; ; ; ; ; ; ;
- ABD ;Eure&Loir-Lorénove ;Francis Joyon ; ; ; ; ; ; ;
- ABD ;Banque Covefi ;Bertrand deBroc ; ; ; ; ; ; ;

Monocoques 60’ IMOCA
- 1 ;Sill ;Roland Jourdain 3009 milles de l’arrivée
- 2 ;Ecover ;Mike Golding 3018 milles de l’arrivée
- 3 ;Kingfisher ;Ellen McArthur 3038 milles de l’arrivée
- 4 ;Temenos ;Dominique Wavre 3071 milles de l’arrivée
- 5 ;60e Sud ;Didier Munduteguy 3110 milles de l’arrivée
- 6 ;Virbac ;Jean Pierre Dick 3130 milles de l’arrivée
- 7 ;Un Univers de Services ;Miranda Merron 3131 milles de l’arrivée
- 8 ;Arcelor-Dunkerque ;Joé Seten 3132 milles de l’arrivée
- 9 ;Garnier Belgium ;Patrick De Radiguès 3137 milles de l’arrivée
- 10 ;L’Heautontimoroumenos ;Antoine Koch 3147 milles de l’arrivée
- 11 ;Tir Groupé-Montres Yéma ;Mike Birch 3182 milles de l’arrivée.
- 12 ;Leasecom ;Elie Canivenc 3182 milles de l’arrivée
- 13 ;Dinan Pays d’Entreprises ;Frédéric Lescot 3203 milles de l’arrivée
- 14 ;Ciments St Laurent-Ocean ;Georges Leblanc 3261 milles de l’arrivée
- NL ;VMI ;Sébastien Josse ; ; ; ; ; ; ;
- ABD ;La Rage de Vivre ;Loïck Pochet ; ; ; ; ; ; ;
- NL ;Millimages-Gédéon ;Patrick Favre ; ; ; ; ; ; ;

Monocoques Class 1
- 1 ;Ville de Dinard ;Bruno Reibel 3268 milles de l’arrivée
- ABD ;Un Autre Regard Ensemble pour l’UNHCR ;Nicolas Peitrequin ; ; ; ; ; ; ;

Monocoques Class 2
- 1 ;Ashfield Healthcare ;Nick Moloney 3157 milles de l’arrivée
- 2 ;Florys ;Luc Coquelin 3179 milles de l’arrivée
- 3 ;Mille Visages ;Hervé Vachée 3209 milles de l’arrivée
- 4 ;Branec III ;Roger Langevin 3211 milles de l’arrivée
- 5 ;Adecco Etoile Horizon ;Bob Escoffier 3234 milles de l’arrivée
- 6 ;Laiterie St Malo ;Clément Surtel 3259 milles de l’arrivée
- 7 ;Défi Vendéen ;J. F. Durand 3354 milles de l’arrivée
- 8 ;République Dominicaine ;Yannick Bestaven 3405 milles de l’arrivée
- ABD ;Apic A3S ;Christophe Huchet ; ; ; ; ; ; ;

Monocoques Class 3
- 1 ;Storagetek ;Regis Guillemot 3152 milles de l’arrivée
- 2 ;Passion Entreprendre ;Jérôme Thiriez 3228 milles de l’arrivée
- 3 ;Grain de Soleil ;Etienne Svilarich 3235
- 4 ;Hellomoto ;Conrad Humphreys 3362 milles de l’arrivée.
- 5 ;Fantasy-Forest ;Alain Grinda 3456 milles de l’arrivée

Multicoques Class 2
- 1 ;Crepes Whaou ! ;F. Y. Escofier 3048 milles de l’arrivée
- 2 ;Yachting-casino.com ;Anne Cazeneuve 3125 milles de l’arrivée
- 3 ;Vaincre la mucoviscidose ;Hervé Cleris 3129 milles de l’arrivée
- 4 ;Archipel Guadeloupe ;Claude Thelier 3142 milles de l’arrivée.
- 5 ;Lehning-Lapeyre-Blanchet-Gourbeyre ;P.Y. Guennec 3268 milles de l’arrivée.
- 6 ;Groupe France Epargne ;Patrick Morvan 3455 milles de l’arrivée
- 7 ;E-Sat Tri Sélectif ;Pascal Quintin 3498 milles de l’arrivée
- ABD ;Chaleur Fioul Elan ;Didier Levillain ;


Sur 58 partants :
- 10 abandons
- 7 bateaux qui se déroutent pour réparer
- 41 concurrents en course

Sur les 18 multicoques :
- 5 abandons
- 3 concurrents en route pour une escale technique

- Abandons : 10

Groupama (Franck Cammas) ; Banque Covefi (Bertrand De Broc) ; Eure&Loir-Lorenove (Francis Joyon) ; TIM (Giovanni Soldini) ; Gitana X (Lionel Lemonchois) ; E-Sat/Tri Séléctif (Pascal Quintin) ; Chaleur Fioul Elan (Didier Le Villain) ; Un autre regard (Nicolas Peitrequin) ; Apics A3S (Christophe Huchet) ; La Rage de Vivre (Loïc Pochet).

- Escales : 7

Morvan Patrick(Groupe France Epargne), deuxième escale technique à Roscoff.

Grinda Alain (Fantasy Forest), en escale technique à Roscoff. Barre de flèche abîmée et problème de moteur. Devrait repartir mercredi après-midi.

Durand Jean François (Défi Vendéen), en route vers les Sables d’Olonne pour réparer une voie d’eau. Souhaite repartir.

Bestaven Yannick (République Dominicaine), en route vers Lorient suite à des craquements au niveau de sa quille.

Nelias Jean Luc (Belgacom ), retour vers Port la Forêt pour réparer son chariot de grand-voile.

Le Peutrec Frédéric( Bayer CropScience), retour vers Belle Ile en mer pour résoudre ses problèmes de pilote automatique.

Le Cam Jean (Bonduelle) à Camaret pour réparer sa coque suite à sa collision avec Groupama. Pense repartir mercredi matin.



A la une