SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

America’s Cup / Le Défi

Dernier entraînement des deux Class America Français à Lorient

Prochaine sortie en mars 2002

dimanche 25 novembre 2001Christophe Guigueno

image 300 x 158FRA 46 et NZL 32 en plein circling devant l’île de Groix. Photo : Ch.Guigueno
Samedi 24 novembre, dans le petit Solent breton qui sépare Lorient Lorient L’actualité du port de Lorient et de sa région. de l’île de Groix, s’est déroulé le dernier entraînement de l’année des deux Class America français, FRA 46 et NZL 32. Les deux bateaux, l’ex-6e Sens, demi-finaliste de la Louis Vuitton Cup 1999 et Black Magic, vainqueur de la Cup 1995, ne reverront la mer qu’en mars 2002 avec pour objectif de servir de lièvre à l’unique bateau neuf du Défi français.

Un petit vent d’ouest souffle à près de huit noeuds. Deux bouées jaunes sont mouillées au nord de l’île de Groix. Les deux Class America entament un cercling, simulation d’un départ de match race. Black Magic semble d’emblée le plus à l’aise. Monster.fr (FRA 46) peine dans les petits airs pour lequel il n’est pas dessiné.

Les deux voiliers évoluent devant la vedette à grande vitesse Vitesse #speedsailing . Elle promène les invités du comité d’agglomération du Pays de Lorient Lorient L’actualité du port de Lorient et de sa région. qui vient d’offrir au Défi une base flambant neuve. Le départ est gagné par le bateau noir. Les deux Class America ne prennent pas le temps d’effectuer un premier croisement. Ils font immédiatement demi tour pour reprendre la procédure de départ. Cette fois-ci, il vont effectuer un tour complet du parcours et aller chercher une bouée mouillée au vent, à moins d’un mille de la ligne de départ.

Encore une fois, c’est Black Magic qui vient taquiner Monster.fr. Plus agressif, plus évolutif et plus rapide dans ces petits airs, le monocoque noir de 25 mètres de long prend à nouveau le meilleur départ et choisit le côté gauche du plan d’eau. Puis il semble ralentir et le voilier orange revient à sa hauteur histoire Histoire #histoire de passer ensemble la marque au vent.

Il s’agit alors d’envoyer le spi pour revenir vers la zone de départ. Un cocotier autour du spi marqué d’un monstre, FRA 46 ralentit et laisse filer NZL 32 qui doit aussi connaître des problème de drisse. Un équipier est hissé rapidement en tête de mât... A l’affalage, les voiles traînent un peu dans l’eau. Des voiles qui semblent d’ailleurs compter les années. FRA 46 porte son jeu Jeu #jeu de voile Transiciel et NZL 32 possède encore son spinnaker de l’époque, marqué des sponsors du Team New Zealand 1995.

En attente d’un budget

Peu entraînés, sans budget, les hommes de Xavier de Lesquen et Pierre Mas attendent la signature providentielle du partenaire qui va enfin leur donner les moyens de préparer la Coupe des challengers qui débute dans onze mois. Alors que les autres défis naviguent dans la baie d’Hauraki en Nouvelle Zélande, De Lesquen reste confiant. La construction du bateau neuf a été lancée chez Multiplast.

“On fait le pari que d’ici onze mois et le début de la Louis Vuitton Cup, notre formule d’entraînement en nombre de jours utiles sera meilleure que celle choisie par les challengers qui s’entraînent en Nouvelle Zélande” affiche, confiant, le patron du Défi, après la dernière navigation de ses deux bateaux. Pourtant le compteur des ‘jours utiles’ continue à grimper dans l’hémisphère Sud au moment où commence sa saison estivale.

Les Anglais du GBR Challenge vont y rester jusqu’en mars avec leurs deux bateaux. Il mettent à profit la base numéro 8 à Auckland qu’ils viennent d’inaugurer. Ils reviendront en Europe, au printemps, au moment de mettre à l’eau leur nouveau prototype.

“C’est début mars que vont reprendre les entraînements avec les deux Class America” ajoute De Lesquen. “Pendant ce temps, nous avons un programme de travaux pour les deux bateaux. Le nouveau, en construction à Vannes, sortira du chantier fin avril.” Il restera alors cinq mois avant de début des épreuves, dont un mois pour le transfert de l’équipe vers une base dans le port d’Auckland. Pendant ce temps, les navigateurs “vont entamer une phase de préparation physique” et naviguer sur d’autres supports.

Quant au soutien du groupe nucléaire Areva à la campagne française en Nouvelle Zélande, le patron du Défi est resté muet. Dans un communiqué officiel, la holding Cogéma, CEA et Framatome, admet être en contact avec le Défi mais rien n’est encore signé : “Le Groupe AREVA n’a pas finalisé d’accord avec Le Défi en vue d’une participation à l’America’s Cup America's Cup #AmericasCup 2003, tel que rapporté dans la presse récemment et notamment aujourd’hui (22 novembre). Si des discussions ont lieu avec Le Défi sur le sujet, elles n’ont pas abouti. Elles ne présument en rien de la position finale du Groupe AREVA.”



A la une