SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Solitaire du Figaro

La flotte se divise à l’approche de Ouessant

mardi 27 août 2002Information Solitaire du Figaro

Ouessant se fait désirer. Toujours malmenée dans sa remontée du golfe de Gascogne, la flotte progresse contre le vent oscillant et la mer très agitée. A la dure ! De quoi bien sûr faire le bonheur du plus dur à cuir de tous, Eric Drouglazet (David Olivier), qui pointe désormais en tête. Mais, gare aux conquérants de l’ouest qui multiplient les attaques tous azimuts en vue du passage de l’île bretonne.

Au louvoyage et compte tenu des choix de route, les relevés Argos se suivent et ne se ressemblent pas. Un coup ça passe à l’est, un coup ça passe au centre et cela pourrait fort bien passer prochainement à l’ouest. Seule certitude : les solitaires courbent l’échine et sont plusieurs à pouvoir prétendre aux honneurs au passage de la pointe de Bretagne. Encore faut-il « encaisser » les sautes d’humeur du golfe de Gascogne dans tous ses états. 28 nœuds de secteur nord-nord ouest – dans la figure - et des vagues d’1,50 m : lors de la vacation les skippers ont pu multiplier les témoignages pour souligner que cette remontée du golfe de Gascogne rend leur vie de solitaires difficile, pour ne pas dire franchement inconfortable.

A la gîte et brinquebalés dans tous les sens dans l’humidité ambiante de rigueur par les temps qui courent. Mais le jeu en vaut la peine. « C’est toujours très ouvert et il est bien difficile de faire le moindre pronostic sur le passage à Ouessant », commente le bord du bateau de Direction de Course. La revue des troupes sur l’eau révèle qu’à l’ouest, il y a du nouveau. De Nicolas Troussel (Galinette), le plus occidental à 26 milles de la route directe, aux conquérants précoces Gilles Chiorri (32 01 de Météo Consult) et Ronan Guérin (Saint-Nazaire – Escal’Atlantic) - chacun fourbit ses armes à l’ombre des oscillations du vent. Et c’est sans compter avec toutes les nouvelles attaques entreprises par Philippe Vicariot (Thales), Charles Caudrelier Benac (Bostik Findley), Erwan Tabarly (Thales-Armor Lux). Ceux là ont viré cet après-midi. Sans doute pour jouer la rotation du vent à gauche de la brise liée au décalage de la dépression, qui descend le long des côtes de l’Atlantique à mesure que les skippers remontent à rebrousse-vent.

Quant à Kito de Pavant (Malice), il a repris du poil de la bête et des milles. Le leader au classement général pointe désormais en septième position, à 3,3 milles du tableau arrière du premier de cordée. Eric Drouglazet doit donc surveiller ses arrières, menacé de toutes parts : par Jérémie Beyou (Delta Dore) d’abord qui s’accroche à son sillage, par Gildas Morvan (Cercle Vert) encore, non positionné mais en embuscade à 5 milles environ de son éternel rival.

Reste que c’est « by night » que le verdict tombera, quand les premiers pointeront leur étrave à l’approche de l’île. Pointée cet après-midi à 62 milles de Sein, la flotte joue, à 5,2 nœuds de moyenne, la partie des derniers milles avant Ouessant… qu’elle devrait doubler en fin de nuit. La lumière se lèvera alors sur le classement général, dernière partie de près, à suivre de près…

Echos du large

- Thierry Chabagny (Petit Navire) : « C’est assez difficile, le vent est fort et la mer très cassante. C’est assez humide aussi. On est un peu obligé de barrer tout le temps. Ca bouge dans tous les sens c’est physiquement assez éprouvant, notamment pour le dos. Mais je suis assez content de ma position. Je pointais en tête cette nuit et j’ai bien sûr un peu perdu compte tenu des oscillations du vent et des écarts en latéral. Je suis encore sous le vent d’Ouessant et m’occupe plus de négocier les oscillations des vents mais il va bientôt falloir s’interroger sur notre heure d’arrivée à Ouessant. »

- Kito de Pavant (Malice) : « On reçoit des paquets d’eau sur la tronche, pour résumer tout baigne… On navigue sous solent et grand voile et les bateaux sont étalés un peu partout. Mais j’ai croisé Beyou tout à l’heure et c’est plutôt bon signe, je suis revenu dans le bon paquet…J’ai la pêche, j’ai pu dormir deux fois une demi-heure. Je m’applique, et je commence à réfléchir par où je vais passer à Ouessant : S’il va falloir jouer avec le vent ou avec le courant… La pointe de Bretagne passée, il risque d’y avoir pétole, et ça peut faire de gros écarts à l’arrivée, le jeu est donc très ouvert. » Armel Le Cléac’h (Créaline)’ : « Négocier chaque vague » « Je navigue aux côtés de Sébastien Josse, Yann Elies et Thierry Chabagny, c’est bien de ne pas naviguer seul, ça permet de conserver la vitesse. Le vent n’arrête pas de tourner et cela donne une mer croisée, dans laquelle il faut négocier chaque vague. J’espère qu’on pourra se reposer avant l’arrivée à Ouessant. Après il s’agira de ne pas se faire piéger dans les courants... »

- Sébastien Josse (Créaline) : « On a des vents de 25, 30 nœuds dans le nez, des vagues de 1,5m environ, ça tape ! Le bateau n’évite pas les vagues, il retombe et tape violemment toutes les deux-trois minutes, avec jusqu’à 45° de gîte. Quand on rentre à l’intérieur, on a deux secondes pour s’allonger, sinon on se retrouve les quatre fers en l’air ! Moi, j’ai mis un peu le pilote pour me reposer, car on n’est pas des machines, on est des êtres humains : à un moment donné, il faut savoir céder. Ce n’est pas les pires conditions que j’ai connues dans le golfe de Gascogne : lors de la Mini-Transat 99, on a eu un bon 45 nœuds qui reste mémorable. Là, ça va, c’est plutôt les vacances… »

Laure Faÿ


Classement à 14h00
- Rg Skipper N° Bateau Jour Heure Dist Lat Long Cap Vit Vmg
- 1 DROUGLAZET Eric 1 David Olivier 27/08 14:01 224,70nm 47°25,9N 05°23,1 40 5,4 5,0
- 2 BEYOU Jérémie 3 Delta Dore 27/08 14:00 à 1,20nm 47°25,4N 05°26,6 50 5,8 5,0
- 3 JOSSE Sébastien 2 Créaline 27/08 14:00 à 2,30nm 47°23,8N 05°24,1 52 5,9 4,9
- 3 CHABAGNY Thierry 147 Petit Navire Le Bon Goût du Large 27/08 14:01 à 2,30nm 47°23,4N 05°22,2 43 5,7 5,0
- 5 ELIES Yann 9 Groupe Générali Assurances 27/08 14:00 à 2,90nm 47°23,4N 05°25,5 43 5,5 4,9
- 6 LE CLEAC’H Armel 6 Créaline 27/08 14:00 à 3,20nm 47°23,4N 05°27,0 44 5,4 4,9
- 7 DE PAVANT Christophe 8 Malice 27/08 14:00 à 3,30nm 47°24,1N 05°30,7 48 5,2 4,6
- 8 TOULORGE Alexandre 35 Cherbourg - Crédit Mutuel 27/08 14:00 à 3,90nm 47°22,1N 05°24,2 41 5,4 4,8
- 9 GUERIN Ronan 150 Saint-Nazaire / Escal’Atlantic 27/08 14:00 à 5,00nm 47°26,2N 05°42,4 43 4,9 4,8
- 10 MARSSET Bertrand 22 Passion 27/08 14:00 à 5,70nm 47°22,0N 05°32,3 31 4,3 4,2
- 11 CHIORRI Gilles 24 32 01 de Météo Consult 27/08 14:00 à 5,80nm 47°25,6N 05°43,4 43 5,0 4,9
- 12 ATTANASIO Romain 51 Port Trebeurden 27/08 14:00 à 6,10nm 47°22,9N 05°36,7 343 3,8 2,9
- 13 MOUREN Jean-Paul 97 M@rseille Entreprises 27/08 14:00 à 6,20nm 47°20,6N 05°28,7 46 5,5 4,9
- 14 PELLECUER Laurent 110 Languedoc Mutualité Hippocratus.com 27/08 14:01 à 6,40nm 47°20,3N 05°28,3 40 5,2 4,9
- 15 TABARLY Erwan 7 Thales - Armor Lux 27/08 14:00 à 8,80nm 47°22,3N 05°43,9 304 6,3 0,8

Dans la même rubrique

Solitaire du Figaro : Thierry Chabagny, le plus à l’est, se cramponne en tête

Solitaire du Figaro : Les Solitaires à l’épreuve du près dans le golfe de Gascogne

Solitaire du Figaro : Nicolas Troussel mène l’étape au petit jour

image 300 x 158Nicolas arrivant aux Sables dans le peloton de tête... Photo : Ch.Guigueno / Pipof.com/voile

Solitaire du Figaro : Gijon - Cherbourg, l’étape de tous les enjeux


A la une