SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Solitaire du Figaro

Nicolas Troussel mène l’étape au petit jour

Bord sur bord en golfe de Gascogne

lundi 26 août 2002Information Solitaire du Figaro

image 300 x 158Nicolas arrivant aux Sables dans le peloton de tête... Photo : Ch.Guigueno / Pipof.com/voile
Les solitaires ont bel et bien entamé leur partie de près dans des conditions propices aux belles heures de navigation nocturnes. Pas de surprises aux avant-postes puisque les spécialistes de cette allure très technique font des merveilles à bord de leur monotype et impriment, à coups de bords à tirer, un rythme qui en dit long sur la volonté de creuser des écarts. Sous la lune quasi-pleine.

Si en fin d’après-midi hier, deux options semblaient se dessiner, il n’en est plus rien en fin de nuit. La flotte, après un long bord tribord commençait la valse des virements pour suivre les variations du vent. Tout le monde progressait relativement groupé sous la route directe, avec 8,6 milles d’écart en latéral. Comme prévu le vent a refusé et basculé du nord-nord est au nord. Bâbord toute alors ! « De ce qu’on a pu voir, Josse (Créaline), Audigane (Sport Sans Frontière), Guérin (Saint Nazaire-Escal’Atlantic) suivis de Beyou (Delta Dore) et de Drouglazet (David Olivier), ont été les premiers à virer. Le vent a refusé toute la nuit. Il a re-fraîchi après quelques molles passagères. La mer s’est aplatie après le plateau continental. Globalement, tous apprécient les conditions de navigation. Il y a désormais 15-20 nœuds réels de nord et la flotte progresse sur le bord rapprochant », commente le bord de la Direction de Course qui pointait, à 5 heures, son étrave au large d’Arcachon.

72 milles déjà parcourus depuis le départ. Place à une course de vitesse sous la lune qui illumine le plan d’eau des solitaires. Sur l’eau, silence sur les ondes et chacun s’applique à jouer au mieux la partition de la variation du vent et du meilleur positionnement. « Le bateau va bien, commente Jérémie Beyou. Tout à l’heure Droug’ a déboîté derrière comme une balle. Comme quoi, je ne suis pas seul à aller vite. On vient de virer. Quand tu as une bascule de 10° du vent, il ne faut pas traîner sur un mauvais cap. On a eu une mer assez hachée, une mer de Gascogne qu’on connaît bien. La pleine lune nous aide beaucoup pour les réglages. C’est vraiment du bonheur. Seule contre-partie, on ne voit pas tous les feux de position des petits voisins. »

Dans les parages du spécialiste reconnu du près, justement, ils sont une jolie bande à se chamailler les honneurs des relevés Argos. A 5 heures, neuf skippers, parmi lesquels figurent Nicolas Troussel (Galinette), Antoine Koch (Saunier Duval), Thierry Chabagny (Petit Navire) et certainement Gildas Morvan, non positionné, se tiennent en moins de 2 milles. Gwénaël Riou (Espoir Crédit Agricole), déjà premier au classement général bizuth, pointe en 14e position. Gilles Chiorri (32 01 de Météo Consult), en 22e position, voit lui les premiers écarts se creuser devant son étrave.

Seul petit bémol à cette nuit de près, penchée mais tranquille : le changement de cap d’Amaiur Alfaro (Journal du Pays Basque), qui fait route vers l’est. Le concurrent, qui avait déjà déserté les chemins de la troisième étape pour rejoindre sur le tard Gijon, avait fait part de soucis de pompe de ballasts et de pépins de batteries de VHF. Tout porte à croire qu’Amaiur se déroute vers sa maison.

Echo du large

Eric Drouglazet (David Olivier) : « Comme un avion ! »
- « Ca mouille un peu. C’est très agréable sous la lune. David Olivier va comme un avion. J’essaye de m’éloigner un peu de la flotte. Je suis avec Jérémie. J’ai pu dormir une demi-heure cette nuit, c’est vrai qu’au près le pilote barre bien. On sait qu’on aura moins de vent à la fin de l’étape, alors il faut essayer de creuser les écarts maintenant avec l’espoir qu’ils se transforment en longues minutes à Cherbourg. »

Laure Faÿ


Classement à 6h00

- 1 136 TROUSSEL Nicolas Galinette 44°47,0N 06°10,1W 387,00nm 18 6,7Nd
- 2 3 BEYOU Jérémie Delta Dore 44°47,6N 06°15,7W à 0,30nm 15 6,3Nd
- 3 10 KOCH Antoine Saunier Duval 44°46,2N 06°09,8W à 0,80nm 17 6,6Nd
- 4 9 ELIES Yann Groupe Générali Assurances 44°46,0N 06°10,8W à 1,10nm 17 6,6Nd
- 5 147 CHABAGNY Thierry Petit Navire Le Bon Goût du Large 44°44,0N 05°56,0W à 1,20nm 14 6,2Nd
- 5 44 VICARIOT Philippe Thales 44°45,7N 06°09,6W à 1,20nm16 6,5Nd
- 7 35 TOULORGE Alexandre Cherbourg - Crédit Mutuel 44°44,3N 06°00,6W à 1,40nm 16 6,3Nd
- 8 1 DROUGLAZET Eric David Olivier 44°47,2N 06°22,0W à 1,80nm 12 5,9Nd
- 9 6 LE CLEAC’H Armel Créaline 44°46,4N 06°19,0W à 2,00nm 15 6,0Nd
- 10 2 JOSSE Sébastien Créaline 44°46,6N 06°21,4W à 2,20nm 13 6,1Nd


Dans la même rubrique

Solitaire du Figaro : Gijon - Cherbourg, l’étape de tous les enjeux

Solitaire du Figaro : A 24 heures de la belle pour les skippers Créaline

image 300 x 158Photo : Armel Le Cléac’h avec Sébastien Josse au vent au départ des Sables. Ch.Guigueno / Pipof.com/voile

Solitaire du Figaro : Pas de répit, pas de repos pour les solitaires

Solitaire du Figaro : Les Figaristes rendent hommage au Figaro Bénéteau


A la une