SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Solitaire du Figaro

Qui voit Ouessant, voit Morvan… (notamment)

Droug et le ’géant vert’ au coude à coude au large de la Bretagne

lundi 12 août 2002Information Solitaire du Figaro

Ils ne sont plus que 37 skippers en course dans la deuxième étape longue de 439 milles de La Solitaire du Figaro. Suite à la rupture de son étai, le concurrent boulonnais Yvan Martinage (Société Générale – CAB – Boulogne sur Mer) a choisi de se dérouter. Pour les autres, après la folle cavalcade nocturne, la descente vers les côtes bretonnes se poursuit. Mais cette fois sur un registre de plus en plus tactique à mesure que le vent mollit. Gildas Morvan (Cercle Vert) ou Eric Drouglazet (David Olivier) naviguent au sommet de leur art, ils ont déjà laissé Ouessant derrière.

Changement de rythme, nouveau tempo. Le rock endiablé sur fond de surfs et de départs au tas, c’est fini. Place à une musique moins stridente. Les solitaires encore en course, un peu endoloris et ankylosés après en avoir pris plein les oreilles (et la figure !) dans des bourrasques de nord-ouest de 30 nœuds établi, répètent à présent une partition plus subtile… celle du calme après la tempête avec la mer belle revenue. Adieu système dépressionnaire, bonjour dorsale anticyclonique. Dans des vents de plus en plus mollissants de 20-15 puis 12-10 nœuds et nord – nord ouest, ils progressent désormais à des vitesses à la baisse : 8 – 7 – 6, 5 nœuds pour les premiers.

Les solitaires ont d’ores et déjà doublé l’île d’Ouessant et se rapprochent de la Chaussée de Sein, là où ils doivent laisser une bouée cardinale à bâbord. Mais la bataille nocturne en Mer Celtique s’est soldée avec un gros lot d’avaries. Si les bonhommes et surtout la jeune fille de la course vont bien, il n’en va pas de même du matériel. A chacun son camp désormais : celui des rescapés, en pleine possession de leurs moyens au moment de jouer un morceau plus complexe, et celui des « éclopés », comme Gilles Chiorri (32 01 de Météo Consult – grand voile et un spi déchirés) ou Erwan Tabarly (Thales-Armor Lux – tangon cassé)… Laurent Pellecuer (Languedoc Mutualité) a fait lui aussi les frais du bras de fer avec les éléments puisqu’il progresse désormais franchement à l’ouest… la barre cassée, mais bricolée avec les moyens du bord.

En chefs de file, Gildas Morvan (Cercle Vert) et Eric Drouglazet (David Olivier) – légèrement au sud de la route directe- n’arrivent pas à se départager et ne comptent qu’un 0,2 mille pour les séparer. Autant dire que c’est un duo d’acharnés qui mène la danse bretonne et plus lancinante. Il est suivi, à 1,2 milles derrière, par Yann Eliès (Groupe Générali Assurances), toujours présent la nuit dernière dans la brise et visiblement au meilleur de sa forme pour jouer les trouble-fête. « L’opération consiste désormais à avancer sous spi - pour ceux qui en ont encore un - dans une mer où se conjuguent une houle résiduelle et petit clapot, témoigne le bord du bateau de Direction de Course. Les concurrents ne quittent pas le bord d’attaque tandis que le bateau se dandine sous l’effet du clapot et de la houle. Exercice ingrat mais seul sésame pour avancer. »

D’autres, plus à l’est – à l’instar de Ronan Guérin (Saint Nazaire – Escal’Atlantic), de Nicolas Troussel (Galinette) et plus encore Armel Le Cléac’h (Créaline) empruntent des chemins détournés. Parce qu’ils n’ont plus de spis vaillants ou parce qu’ils tentent de garder le vent mollissant plus longtemps dans leurs voiles ? Difficile de répondre. Mais gare au courant, il pourrait encore jouer le rôle d’arbitre alors que la dorsale ne cesse de gagner du terrain sur la flotte et qu’une bulle anticyclonique menace de priver d’air les retardataires.

Echos de pontons

225 milles parcourus en 24 heures sur les 439 au programme… difficile de faire mieux ! La Mer Celtique, la Manche et le début des côtes bretonnes laissées dans les tableaux arrière, la flotte a progressé dans des vents plus soutenus et plus vite que ce qu’avaient établi les routages. Une bonne nouvelle pour les premiers skippers qui semblent tout désignés pour échapper à la bulle sans air qui menace de piéger et engluer la flotte… La porte semble ouverte pour un solde de tout compte avec de plus grands écarts. 70 milles séparent déjà le premier de cordée et la lanterne rouge, Louis Robein (Le Souffle de la Mer). Les premiers calculs montrent ainsi qu’à cinq nœuds de moyenne, la tête de flotte pointerait demain midi à 100 milles de l’arrivée. C’est donc à partir de mercredi matin– et pourquoi pas aux aurores – que les premiers pourraient pointer leur étrave aux Sables d’Olonne.

Yvan Martinage (Société Générale – CB – Boulogne/Mer) : Etai cassé - fragilisant le mât - associé à des soucis électroniques et des pépins de pilotes : la liste des déboires d’Yvan Martinage, le sympathique guetteur sémaphorique de Boulogne/Mer, est trop longue pour envisager de continuer en toute sécurité. D’autant qu’après avoir assuré son gréement avec une drisse, celle-ci a cédé à son tour. Le solitaire a donc annoncé qu’il envisageait de se dérouter vers sa ville natale, où le départ de la course a été donné, le 4 août dernier. A 12 heures, il pointait à 35 milles de Penzance, près de Land’s End au sud-ouest de l’Angleterre.

Vacation du matin… chagrin ? Oubliées les heures un peu délicates d’hier et de la nuit… à l’approche des côtes bretonnes et à mesure que le baromètre prend des grades, place au grand soleil. Témoin Romain Attanasio (Port de Trébeurden), qui contacte la Direction de Course et lui dit que il a fait sécher le bateau, le bonhomme et…le micro de la VHF. Mais pourquoi ce dernier était-il mouillé ? Parce que le skipper et son micro ont été noyés sous des trombes d’eau à l’heure de la vacation du matin…

- Sébastien Josse (Créaline) : « J’ai vu des dauphins… et ce n’est pas fait pour me plaire, parce que comme ils font joujou avec la quille et le safran, ils passent devant et ça fait pleins de turbulences !! Quand ça commence à être un peu chaud avec le bateau dans les surfs pas trop contrôlés, je préfèrerais qu’ils aillent ailleurs. Mais sinon, c’est super, ils font vraiment le spectacle à droite à gauche, ils sautent de vague en vague. Il y a les dauphins joueurs et il y en a d’autres qui sont un peu plus pépères. Là on a eu la chance d’avoir des joueurs. Ces conditions là, on les rencontre plutôt sur les transats… Mais, 25 noeuds voir 30 nœuds…des surfs à 15 nœuds, des dauphins, le coucher de soleil un peu rosâtre et le croissant de lune, y’a pas mieux ! »

Laure Faÿ


Classement le 12/08 à 16h
- 1 4 MORVAN Gildas Cercle Vert 48°18,6N 05°32,6W 188,50nm 117 5,9Nd
- 1 1 DROUGLAZET Eric David Olivier 48°17,7N 05°33,8W à 0,00nm 112 5,9Nd
- 3 44 VICARIOT Philippe Thales 48°17,3N 05°34,7W à 0,20nm 139 5,8Nd
- 4 9 ELIES Yann Groupe Générali Assurances 48°18,6N 05°34,7W à 1,00nm 117 6,1Nd
- 5 8 DE PAVANT Christophe Malice 48°18,8N 05°35,8W à 1,80nm 139 6,0Nd
- 6 85 RIOU Vincent PRB Produits de Revêtement du Bâtiment 48°19,1N 05°36,7W à 2,40nm 113 6,0Nd
- 6 2 JOSSE Sébastien Créaline 48°19,1N 05°36,6W à 2,40nm 142 6,2Nd
- 8 147 CHABAGNY Thierry Petit Navire Le Bon Goût du Large 48°19,1N 05°37,3W à 2,70nm 112 6,1Nd
- 9 51 ATTANASIO Romain Port Trebeurden 48°19,3N 05°37,9W à 3,10nm 143 6,0Nd
- 10 201 PETIT Benoit Top’Océan 48°20,4N 05°37,8W à 3,80nm 141 6,1Nd
- 11 3 BEYOU Jérémie Delta Dore 48°20,0N 05°40,0W à 4,60nm 145 6,2Nd
- 12 46 AUDIGANE Sébastien Sport Sans Frontières 48°20,6N 05°39,3W à 4,70nm 144 6,2Nd
- 13 10 KOCH Antoine Saunier Duval 48°17,5N 05°43,7W à 5,40nm 121 6,0Nd
- 14 24 CHIORRI Gilles 32 01 de Météo Consult 48°20,0N 05°44,2W à 7,00nm 163 7,3Nd
- 15 27 NABART Laurent Ajaccio Corse du sud 48°20,2N 05°44,2W à 7,10nm 163 7,4Nd
- 16 42 RIOU Gwénaël Espoir Crédit Agricole 48°21,7N 05°44,4W à 8,00nm 159 7,1Nd
- 17 18 GREGOIRE Jeanne Département de l’Aisne 48°29,3N 05°37,7W à 10,20nm 158 5,7Nd
- 18 33 GREGOIRE Yann Sailfast.Biz Gestion Projet Voile 48°24,5N 05°45,8W à 10,50nm 157 6,7Nd
- 19 7 TABARLY Erwan Thales - Armor Lux 48°29,0N 05°41,2W à 11,50nm 155 6,5Nd
- 19 5 CAUDRELIER Charles Bostik Findley 48°30,7N 05°38,5W à 11,50nm 170 6,6Nd

Dans la même rubrique

Solitaire du Figaro : Excès de vitesse au pays des latitudes celtes

Solitaire du Figaro : Drouglazet favori et premier lancé vers Les Sables d’Olonne

image 300 x 158Le Brestois Sébastien Audigane. Photo : Ch.Guigueno

Solitaire du Figaro : Josse et Le Cléac’h prêts pour la deuxième étape vers Les Sables

image 300 x 158Armel et le Créaline n°6 au départ de Boulogne sur Mer il y a une semaine. Photo : Ch.Guigueno

Solitaire du Figaro : Les amateurs qui ferment la marche...


A la une