SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Solitaire du Figaro

"Navigation côtière, louvoyage et petits temps !" pour les Figaristes

mardi 6 août 2002Information Solitaire du Figaro

image 300 x 158Kito de Pavant à Boulogne sur mer. Photo : Ch.Guigueno
Ils jouent des nerfs des solitaires comme des classements à hiérarchie variable. Les courants à haut-voltage imposent désormais leur loi. Ils sont les nouveaux arbitres du long parcours au ras des côtes anglaises et ont toujours plus d’un tour dans la Manche ! La première étape de La Solitaire du Figaro se dispute désormais comme une régate en baie… Sous haute tension !

Entre EddyStones et Falmouth, chacun joue des courants, véritables tapis-roulants qui s’inversent toutes les 6 heures. Les classements se suivent et ne se ressemblent pas et bien malin celui qui se laissera aller à des pronostics hasardeux. Une seule certitude : la tête de flotte progresse compacte et groupée. Ils sont une bonne dizaine et se tiennent dans un mouchoir de moins de trois milles après un peu plus de 48 heures de course. Tendu ! Suite à une journée de recherches intensives du vent perdu, les skippers font preuve de finesse pour ne pas perdre le fil de la partie de louvoyage à haut risque dans des vents légers d’ouest nord-ouest de 15 noeuds et des courants survoltés. Le dernier relevé Argos place Kito de Pavant (Malice) et Laurent Pellecuer (Languedoc Mutualité Hippocratus.com) en tête devant tous les coriaces solitaires.

Mais où sont donc passés les Antoine Koch (Saunier Duval), Jérémie Beyou (Delta Dore) et autres Charles Caudrelier Benac ( Bobstik Findley) ou Erwan Tabarly (Thales-Armor Lux), qui depuis le début tricotent avec succès leur chemin au dédale des côtes escarpées du sud de l’Angleterre ? Et surtout où est Eric Drouglazet (David Olivier), cramponné en tête depuis 24 heures ?

Ils sont là, à une jetée de pierre de la route directe et de leurs amis montpelliérains. Au fond de la Baie de Falmouth et certainement pas en promenade chez les Anglais ! Les solistes virtuoses travaillent et « tactiquent » à merveille pour se protéger du courant tonique à contre-sens ses dernière heures, qui les accompagnera jusqu’au cap Lizard « C’est fou, on constate vraiment que les skippers, dans cette étape côtière, régatent comme sur parcours en baie. On a vu Drouglazet jouer à rase-cailloux avec 80 cm d’eau sous la quille ! »,souligne Denis Horeau, Directeur de Course, en observateur avisé et volontiers émerveillé devant les dernières prouesses des concurrents.

Voilà pour l’état des lieux. Une jolie bande de furieux solitaires qui ont pris les devants et ne laissent certainement pas la place au flegme anglais alors que l’enjeu est d’envergure. Sur des effets d’accordéon, ils jouent des étraves pour prendre la pôle position en sortie Manche et s’offrir les honneurs de l’entrée en Mer Celtique. Dans leur sillage, la note est déjà bien salée pour les deux groupes qui suivent cette régate infernale. Notamment pour la petite douzaine de skippers qui progresse désormais entre 22 et 47 milles des chefs de fil. Elle joue sa Manche. Là, figurent Louis Robien (Le Souffle de la mer), Yann Grégoire (Sailfast. Biz gestion Projet Voile) que 0,2 tout petit mille sépare… très loin des premiers de cordée. Météo : du mieux devant les étraves

Bloqués entre l’anticyclone proche Atlantique et une dépression située sur le Danemark, la flotte a eu fort à faire avec un flux perturbé. Mais c’est du mieux désormais qui se profile à l’horizon de la Mer Celtique. Mardi soir, les solitaires vont rentrer dans la bordure anticyclonique et bénéficier, après le passage d’un front – avec un vent à l’ouest puis au nord-ouest accompagné d’une petite chute de vigueur - d’un renforcement crescendo de la l’air de secteur nord-nord ouest, jusqu’à force 5 (environ 20 nœuds) dans la journée de mercredi. Du gradient, un flux mieux établi : fini les heures perdues à la recherche de souffles d’air salvateurs. Seul bémol à cette situation météo somme toute classique, c’est au près que la flotte va entreprendre sa montée vers l’Irlande, que les premiers devraient rejoindre jeudi.

Echos du large

- Jeanne Grégoire (Département de l’Aisne), la seule navigatrice engagée, s’accroche tant bien que mal à près de 15 milles de la tête de flotte. A la lutte avec Arnaud Boissières (Delta Dore & Partenaires), son compagnon sur terre, son adversaire en mer, elle doit repousser les avances de Morphée pour prendre le large et ne pas le laisser se faire une place…presque à couple. « Cette nuit, je me suis écroulée et n’ai pas dormi 10 minutes comme j’ai bien pris de l’habitude de le faire. C’est la deuxième fois que ça m’arrive. Quand je me suis réveillée, j’ai eu un moment de panique : je ne voyais plus un bateau, pas même un cargo, rien… Heureusement, j’ai vite repris mes esprits. Dans ces cas là, il faut se re-concentrer immédiatement sur la marche du bateau, repartir… Il faut alors essayer de reprendre tour ce qu’on a perdu. Forcément, j’ai décroché quand j’étais dans mes rêves. Arnaud en profité pour se faufiler par là. Mais dès que j’embraye la marche avant, je lui remets une sacrée dose ! » Au relevé Argos de 12 h, Jeanne et Arnaud progressaient encore côte à côte dans le classement. Mais certainement pas main dans la main : 0,6 mille les séparait. Jeanne pointait devant. Mais n’y voyez surtout pas de galanterie déplacée !

- Gilles Chiorri (32 01 de Météo Consult) : « Je suis bord à bord avec Vincent Riou (PRB) et Ronan Guérin (Saint-Nazaire – Escal’Atlantic). On s’y attendait et on y a le droit : navigation côtière, louvoyage et petits temps. De la régate croustillante ! On a pu enfin dormir cette nuit. On est en approche de la Mer Celtique, où il faudra être sûr de soi »

Laure Faÿ


Positions balises Argos à 15h00
- Cl N° Skipper Bateau Lat. Long. Dist. de l’arrivée Date Cap Vit.

- 1 8 DE PAVANT Christophe Malice 50°04,1N 04°09,8W 203,60nm 289 4,8Nd
- 2 110 PELLECUER Laurent Languedoc Mutualité Hippocratus.com 50°04,7N 04°09,4W à 0,40nm 292 4,9Nd
- 3 5 CAUDRELIER BENAC Charles Bostik Findley 50°11,9N 04°12,5W à 0,50nm 303 6,1Nd
- 4 10 KOCH Antoine Saunier Duval 50°11,8N 04°12,4W à 0,60nm 304 6,3Nd
- 5 7 TABARLY Erwan Thales - Armor Lux 50°11,4N 04°11,8W à 0,80nm 303 6,3Nd
- 6 3 BEYOU Jérémie Delta Dore 50°13,7N 04°12,5W à 1,30nm 315 6,7Nd
- 7 136 TROUSSEL Nicolas Galinette 50°11,5N 04°10,9W à 1,40nm 309 6,6Nd
- 8 1 DROUGLAZET Eric David Olivier 50°14,2N 04°12,3W à 1,60nm 316 6,7Nd
- 9 51 ATTANASIO Romain Port Trebeurden 50°11,5N 04°10,4W à 1,70nm 302 6,4Nd
- 10 44 VICARIOT Philippe Thales 50°11,9N 04°10,4W à 1,90nm 304 6,4Nd


Dans la même rubrique

Solitaire du Figaro : Renverse de courrant et accélération au large de Wight

Solitaire du Figaro : Les Figaro glissent à toute petite vitesse vers l’île de Wight

image 300 x 158Erwan Tabarly a rejointle groupe de tête. Photo : Ch.Guigueno

Solitaire du Figaro : Drouglazet et Morvan en tête le long de l’Angleterre

Solitaire du Figaro : Gildas Morvan s’envole devant Boulogne

image 300 x 158Entassement de solitaires à la bouée sous le vent pour la deuxième place. C’est Antoine Koch, au vent, qui va s’en sortir le mieux. Photo : Ch.Guigueno

A la une