SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Newsletter

[Fish & Ships #1] : Des bilans carbone de construction et d’exploitation en course au large dès 2020

lundi 1er avril 2019Christophe Guigueno

Cette semaine dans Fish & Ships :
- ENQUÊTE : Bilan carbone obligatoire dans le nautisme
- BRÈVES - Si vous avez passé la semaine à chercher qui remplacera Seb
- PHOTO - Banque Populaire sur la tranche
- DESSIN - Qui sera le skipper d’Edmond ?
- F&S DISCONNECT - La nouvelle formation de F&S pour enfin déconnecter

N’hésitez pas à faire suivre Fish & Ships à vos amis, collègues, clients ou fournisseurs, merci !

Une question, une remarque, des insultes à propos de Fish & Ships, vous pouvez toujours envoyer un mail, on ne lit rien…

Bonne lecture !

LE BILAN CARBONE DES BATEAUX DE COURSE ET DE PLAISANCE OBLIGATOIRE DÈS 2020

Bilan carbone, gestion des déchets, micro-plastiques, épaves en mer… le nautisme est-il exemplaire ? Loin s’en faut. Souvent premier à donner des leçons sur l’environnement, le monde de la voile serait-il bipolaire ? Fish & Ships a mené l’enquête. Ou presque…

Le nautisme est grandement dépendant des énergies fossiles : plastique, résine, fibres sont utilisés pour la construction des coques, des voiles, des gréements ou des pièces d’accastillage. Malgré des tentatives de fabrication de surfs ou voiliers en fibre de lin et résine bio-sourcée ou encore en fibre de roche volcanique comme le 60 pieds Ant Artic Lab de Norbert S., toutes les productions de l’industrie nautique et de la course au large utilisent des matériaux qui ne sont pas bons pour l’environnement.

Après avoir développé une filière de recyclage des vieux bateaux en fibre de verre, la Fédération des Industrie Nautique va mettre en place l’obligation du bilan carbone et de sa compensation, d’abord dans le monde du prototype avant de le faire appliquer au monde industriel.

Tout bateau de course au large lancé à partir de 2020 devra donc faire faire un bilan carbone de sa construction à son exploitation. Dès la conception par les architectes navals et les constructeurs, la mise en oeuvre de toute voilier de course devra donc disposer d’un bilan carbone certifié qui sera contrôle par la FIN et la Fédération Française de Voile. La FFV aura d’ailleurs l’autorité d’interdire de course tout bateau de cette nouvelle génération aux courses qu’elle organise.

Pour l’exploitation commerciale et sportive de leur(s) unité(s) de course, les équipes devront aussi faire un bilan annuel de leurs émissions en carbone. Mais attention, ce bilan carbone de fonctionnement sera aussi obligatoire pour les prototypes de course lancés avant 2020 :
- dès le Vendée Globe 2020 pour les voiliers de la classe IMOCA,
- dès 2021 pour les Ultims,
- dès 2022 pour le Class40 et Mini 650.

Enfin, seront liées à ces bilans carbone de construction et d’exploitation de prototypes de course au large des opérations de compensation dont les résultats viendront compenser les calculs. Comme elle l’a mis en place en 2018 pour le Nautic Paddle Challenge, la FIN va proposer aux constructeurs, skippers et teams sportifs concernés des actions de compensation carbone.

Un exemple de compensation consiste à planter des palétuviers dans des mangroves. Un arbre absorbe 20 tonnes de CO2 en 20 ans et permet de soutenir un large éco-système de bord de mer. Afin de ne pas laisser les équipes dans une détresse écologique, la FIN, la FFV et leurs partenaires vont proposer lors du Nautic 2019 une liste d’opérations possibles.

D’après les renseignements obtenus par Fish & Ships, la FIN et la FFV vont se servir des résultats obtenus dans la course au large sur la période 2020 - 2024 afin de la mettre en application dans l’industrie du nautisme. La France étant un grand constructeurs de voiliers, multicoques et bateaux à moteur, elle pourrait ainsi devenir leader mondial de l’éco-conception dans une industrie qui créée beaucoup de plastique qui flotte sur les mers du monde. Et le plastique, ce n’est plus fantastique…

[SI VOUS AVEZ PASSÉ LA SEMAINE À VOUS DEMANDER QUI REMPLACERA SEB]

[C’EST FAIT]

• MIXITÉ. La FFV va imposer des quotas pour les femmes sur les courses au large en solitaire. Le prochain Vendée Globe et la prochaine Mini Transat devront donc réserver 10% de leurs places ouvertes à l’inscription à des navigatrices. En plus de ces quotas, classements femmes pour les courses en solitaire et mixtes pour les courses en double en double deviendront obligatoires.

• DRONAUTIC. Satellisé au large du Portugal par son skipper et son équipier, le trimaran de 50 pieds Drekan d’Eric Defert est bien arrivé aux Bahamas. Il a donc réussi la première traversée de l’Atlantique en autonomie !

[C’EST MAINTENANT]

• FIGAFOIL. La première course des Figaro-Bénéteau 3 a lieu en Vendée. Les foils ont laissé leurs premières traces.

• ARTIMON. Le premier Ultim 32x23 à gréement ketch a tiré ses premiers bords, mais sans son mât avant. Le fabriquant d’espar n’avait pu fourni le tube à temps. Ce sera fait dans les prochaines semaines. Le nouveau Maxi Sodébo de Thomas Coville pourra alors naviguer toutes voiles dehors.

[C’EST BIENTÔT]

• LA BASE. Feue la base des Défis à Lorient va être reconstruite. L’agglomération a décidé qu’elle ne serait pas commercialisée comme l’a été fait l’ensemble de la presqu’île mais qu’elle serait dédiée à un centre de formation pour les résidents dans la Sailing Valley. La quasi absence de navigateurs d’origine lorientaise sur les grandes courses, de l’olympisme au Vendée Globe ont enfin réveillé les élus qui vont mettre en place dans ce nouveau bâtiment tout ce qu’il faut pour accueillir des sections sport études et de la formation en collaboration avec les clubs de voile de Lorient et du département.

• THE SKIPPER. Trouver un remplaçant à Sébastien Josse n’est pas facile pour le Gitana Team. L’équipe va donc organiser avec TF1 un grand show inspiré de THE VOICE. Celle ou celui qui aura la meilleure voix sera retenu. A vos vocalises !

[LA PHOTO DE LA SEMAINE PAR PATRICK LE LAY]

Le sponsoring voile de la Banque Pop souffrirait-il d’un problème d’image ? Voici une photo partagée par le photographe amateur Lorientais. Celui qui ne rate aucune sortie de mini, Figafoil ou Imoca de la rade de Lorient aime aussi photographier les windsurfs, kitesurfs et dériveurs de la région. Cette fois-ci, Patrick a partagé une photo d’un Bug de la base nautique de Kerguélen. Mais voila… la forte gîte du mini dériveur sponsorisé par la banque de la voile a aussitôt inspiré les commentaires. "Si ça chavire, c’est bien un Banque Pop !" Cruel…

[LE DESSIN DE LA SEMAINE PAR ASTRID VDH]

"Qui va succéder à Jojo" se demande la Baronne. "Clarisse" ? Pas de réaction de son team manager pour autant…

[FISH & SHIPS DECONNECT]

- Vous avez pris le melon ?
- Vous ne vous êtes pas remis de votre dernière circumnavigation ?
- Vous avez perdu votre coup de barre ?
- Un(e) ami(e) vous a "volé votre sponsor ?

F&S organise des sessions "Fish & Ships Disconnect".

Ces réunions de travail avec des psychologues reconnus seront entourées de séances de yoga et de sophrologie pour vous aider à revenir sur terre…

[1er AVRIL]

Tout ce qui est écrit ci-dessus est librement inspiré de faits irréels mais d’une vraie newsletter. Pour vous abonner à l’originale, allez ici : https://www.tipandshaft.com.



A la une