SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

America’s Cup

Un nouveau Class America français entre en chantier

mercredi 31 octobre 2001Redaction SSS [Source RP]

Le lundi 5 novembre, au chantier Multiplast de Vannes, débutera la construction d’un nouveau Class America français. Après un an et demi de travail réalisé par un Design Team regroupant douze experts du meilleur niveau mondial, le Défi pour l’America’s Cup America's Cup #AmericasCup 2003 se félicite de remplir à l’heure le planning fixé.

C’est parti pour 6 mois de chantier, 20 000 heures de travail d’une extrême exigence et presque 2 kilomètres de nappes de carbone qui permettront d’accueillir en mai 2002 un bateau qui porte déjà tous les espoirs. Pour l’édition 2003, les challengers engagés ont placé la barre très haut. C’est pourquoi le Défi a voulu miser tôt sur un programme de conception d’une grande qualité. Le Yaka Design Team a eu le temps, les moyens et le soutient d’un pole technologique d’entreprises de pointes pour imaginer et tester des solutions innovantes avec un soin du détail comme jamais un challenger français n’a pu apporter jusqu’à présent.

Les formes de carènes ont reçues une attention particulière avec une centaine de modélisations numériques et une intense campagne d’essais en bassin des carènes réalisée au Wolfson Unit Tank Testing de Southampton (le même que celui de Team New Zealand et du GBR Challenge). Une quinzaine de carènes construites à l’échelle ¼ ont pu y être ainsi testées et comparées. Les architectes ont ensuite prit le choix de la forme de la future coque dans la confiance et la sérénité.

Le futur Class America sera tourné vers l’avenir et des innovations certaines ont pu être apportées à toutes les composantes de la performance générale du bateau. Parmi les nombreuses pistes de recherche, l’étude des appendices en soufflerie ont pu être réalisée grâce au soutient de la SNPE. Des outils de pointes utilisés dans le domaine spatial ont été mis à la disposition du Design Team apportant une qualité d’observation des phénomènes et une précision des calculs encore inégalées en France. Grâce également à l’expertise du bureau brestois de l’équipe d’Hervé Devaux en charge du calcul de la structure, d’étonnantes avancées ont été réalisées afin de toujours gagner du poids sans jamais perdre en solidité ni en fiabilité. Le plan de pont requiert lui aussi un travail minutieux afin d’imaginer des solutions nouvelles pour optimiser sa future utilisation par l’équipage. Pour cela un collectif de navigants s’est penché dans le détail sur des systèmes qui seront développés à 100% lors des navigations d’entraînement en France et en Nouvelle Zélande. Le futur plan de voilure offre lui aussi des solutions très intéressantes. « Ce n’est ni un bateau de compromis, ni un concept extravagant, encore moins un bateau futuriste mais c’est un bateau d’avenir. Notre objectif, a terme, est de ramener la Coupe en France. » Luc Gellusseau, directeur technique du Défi.

Ce travail de fourmis où chacun a pu apporter sa réflexion et son expertise a conduit le Design Team à un phase inévitable de choix qui comme toujours ont été pris à l’unanimité. Aujourd’hui les options ont été tranchées et les plans confidentiels du futur bateau français vont être livrés au chantier. La construction représente une étape délicate pour les maîtres d’œuvres qui ont maintenant la lourde mission de matérialiser fidèlement à l’échelle 1 ce qui a mûrit dans l’esprit des designers depuis plus d’un an. Une confiance sans hésitation a été apportée au savoir faire de l’équipe de Gilles Ollier qui avait déjà parfaitement répondu aux exigences lors de la construction de 6e sens (semi-finaliste de la Louis vuitton Cup 2000). Au travail messieurs !

Genèse d’un Class America

La boîte : Les vulgarisateurs comparent souvent la jauge ACC a une « boîte » dans lequel le Class America doit entrer. Cette « boîte » n’est autre qu’une équation prenant en compte la longueur, le poids et la surface de voilure. Néanmoins, à l’intérieur de ce carcan les possibilités restent infinies. A chaque édition de la Coupe de l’America les quelques mètres gagnés sur la ligne d’arrivée résultent d’efforts titanesques de la part de tous les challengers engagés.

L’observation : Pour connaître ses forces et ses faiblesses rien de tel que la connaissance de ses adversaires. Les premiers mois de recherche du Yaka Design Team ont été consacrés à la modélisation des bateaux finalistes de la l’America’s Cup America's Cup #AmericasCup 2000. NZL 60 de Team New Zealand et IT 45 de Prada ont livré leurs atouts lors d’essais en bassin des carènes. FRA 46 (Monster.fr), le Class America français semi finaliste de la Louis Vuitton Cup a pu être étalonné précisément. Ces précieuses informations constituèrent le point de départ de la réflexion pour la nouvelle génération de Class America français.

La conception : Ensuite le Design Team a pu imaginer, tester et comparer une multitude de solutions pour toutes les composantes de la performance du futur bateau. A l’aide d’outils numériques et méthodes empiriques, la forme de coque et des appendices, l’équilibre structurel du bateau et son futur plan de voilure ont été élaborés, discutés et optimisés.

La réalisation : Une réussite zéro défaut dans la construction de ce type de bateau impose une très grande rigueur. Ce voilier pèse 25 tonnes et le leste en compte déjà une vingtaine. La difficulté réside donc dans la construction d’une coque et d’un pont qui de 3 tonnes (2 tonnes pour le gréement et les voiles) pour une longueur de 25 mètres. La réalisation tient de l’artisanat de haute technologie. Cette étape cruciale du Défi a été confiée au chantier Multiplast de Vannes qui réalisera ainsi son 4e Class America français après F1,Ville de Paris et 6e sens.

Les quatres étapes de la construction

1 / La fabrication des moules : Edifiés en bois avec la minutie des anciens charpentiers de marine Marine Marine nationale la pièce de coque de 25 mètres ainsi que le moule de pont demanderont à eux seuls 3 des 6 mois de réalisation.

2/ La fabrication de la coque et du pont : Le carbone et le nid d’abeille viennent ensuite recouvrir ces préformes selon un rituel précis où le moindre défaut est inacceptable.

3/ La cuisson : L’assemblage de la coque, des cloisons et du pont est ensuite effectué par une cuisson à 100C°. A cette étape, de loin la plus délicate, les matières deviennent quasiment liquides et les variations de chaque pièce sont soumis à un contrôle permanent. Ici, l’erreur peut être fatale.

4 / Les finitions : La greffe des appendices, la pause de l’accastillage et les finitions d’enduits et de peinture viennent ensuite achever le processus. Comme un bijou dans son écrin le bateau finit de se faire une dernière beauté avant de se montrer au grand jour et de vivre son baptême de mer prévu pour mai 2002.

Le développement : Entre deux éditions de l’America’s Cup America's Cup #AmericasCup la progression des bateaux est évaluée à +1% de vitesse Vitesse #speedsailing . A la sortie du chantier, il est souhaité que 0,5% aient déjà été gagnés. La dernière moitié se gagne ensuite sur l’eau en comparant les bateaux et en testant de nouveaux systèmes. Le Défi disposera de plusieurs mois d’entraînement avant le début des compétitions en France et en Nouvelle Zélande et l’équipage aura alors une grande part de conseil auprès du Yaka Design Team.

Qui compose le Yaka Design Team du Défi 2003 ?

Daniel Andrieu : concepteur du JOD 35, de Indulgence V et VII et skipper ELF. Impliqué dans le design de Class America depuis 1987. Membre du YDT en 2000.

Dimitri Despierres : équipier et performer pour le défi 2000, Champion de France de Match Race en 2001 ; expert en matière d’agencement de plan de pont.

Hervé Devaux : créateur et directeur du bureau HDS, expert en calculs mâts et de structures pour les Class America, (membre du YDT en 2000) monocoques et multicoques de course océaniques.

Goulwen Lansonneur : calculs de structures chez HDS depuis 99. Membre du YDT en 2000.

Bernard Nivelt : plus de 15 000 bateaux naviguent sur des plans Joubert-Nivelt. Membre du Design Team de Stars&Stripes qui remporta l’America’s Cup en 88. Membres du YDT en 2000.

Philippe Pallu de la Barrière : directeur du CRAIN (Centre de Recherche pour l’Architecture Navale Architecture navale #Architecturenavale et les Industries Nautiques). Impliqué dans le design de Class America en 87, 92, 95 et 2000 ; il coordonne le YDTdu Défi 2003.

Jean-François Rivalant : quatre fois finaliste du mondial de Match Racing, vainqueur de l’Admiral’s Cup en 91 et quatrième participation à l’America’s Cup. Expert en matière de mâts et gréements.

Henrik Soderlund : champion du monde de 470 en 73. Chief Designer chez North Sails Europe depuis 95 ; spécialiste en aérodynamique des voiles.

Julien Valette : ingénieur au CRAIN spécialiste en structure des voiles et des matériaux composites.

Peter Van Ossanen : expert en hydrodynamique, père de la quille à ailettes d’Australia II qui remporta l’America’s Cup en 83.

Jérôme Védrenne : ingénieur an CRAIN, expert en hydrodynamique. Membre du YDT 2000.

Experts auprès du Design Team :

Jacques Souquet : ancien directeur de la Mécanique chez Bertin Technologies. Spécialiste de la qualité et du transfert de technologie.

Emanuel Alban : ingénieur en mécanique spécialiste de la conception de pièces et systèmes



A la une